Menu

FECTU Webinar: Draft horses and mules among the Amish of North America

  • Chevaux de trait et mulets chez les Amish d'Amérique du Nord À propos du haut-parleur, , Dale K. Stoltzfus : Je suis né en 1951 dans une ferme laitière du comté de Lancaster, en Pennsylvanie. Mon père et ma mère et mes 5 sœurs et moi avons tous travaillé dur pour prendre soin des 45 vaches laitières et de leurs remplaçantes ainsi que des 2000 poules pondeuses que nous avons élevées. Nous avons transporté tout le lait des vaches dans des seaux à verser dans le réservoir en vrac de la laiterie et nous avons transporté tous les œufs dans des paniers pour être lavés et emballés dans des cartons pour les envoyer à un transformateur d'œufs en gros. J'ai aussi passé de nombreuses heures heureuses à jouer avec ma chienne Lady. J'ai passé 11 ans à gérer ma propre entreprise d'alimentation au détail, puis 25 ans en tant qu'agent immobilier aidant les gens à trouver des maisons et des fermes. J'ai toujours eu une affinité particulière pour les animaux, en particulier les chevaux. En 1988, j'ai acheté une paire de juments belges. J'ai choisi des chevaux lourds afin de pouvoir poursuivre mes intérêts latents pour les chevaux en emmenant ma famille et mes amis faire des promenades en chariot. Au fur et à mesure que j'en apprenais davantage sur les activités de chevaux lourds qui se déroulaient autour de moi, je suis devenu plus attiré par des expériences enrichissantes que je n'aurais pas pu imaginer. Ceux-ci incluent mon travail bénévole avec Horse Progress Days et mon travail avec la vente annuelle de chevaux de trait en Pennsylvanie, qui ont tous deux eu un impact majeur sur la culture du cheval de trait en Amérique du Nord. J'ai grandi jusqu'à l'âge adulte dans une communauté en général qui, en raison d'une présence importante d'Amish, a toujours pris la présence d'animaux de trait pour acquise, mais mon propre intérêt a toujours été très vif ; en partie à cause des chevaux et en partie à cause de l'improbabilité qu'un groupe de religieux chrétiens qui dépendaient de la puissance des chevaux pour cultiver puisse exister et prospérer dans les temps modernes ; ceci dans un pays qui se targue de ce qu'il définit comme l'innovation progressive en toutes choses. De plus, mon implication avec Horse Progress Days a ouvert mon expérience de vie de manière inattendue en développant des amitiés et des connaissances avec des gens de nombreuses régions du monde. Dernièrement, j'ai pris conscience des "Objectifs du Millénaire" des Nations Unies pour éliminer la faim dans le monde d'ici 2030. Je pense que la traction animale pourrait jouer un rôle majeur dans cet effort si elle est reconnue pour ce qu'elle est et ce qu'elle a à offrir. Mes derniers efforts incluent le travail vers un programme d'échange culturel soutenu par un partenariat entre Horse Progress Days et l'organisation d'aide internationale Mennonite Central Committee qui envisage d'amener un ingénieur agronome tanzanien dans l'est de l'AP pour travailler avec des magasins amish locaux pour développer des équipements et des harnais. pour que les bœufs et les ânes soient fabriqués avec des composants facilement disponibles en Tanzanie. Je prends également beaucoup de plaisir à travailler avec mes propres chevaux pour faire du foin sur nos propres terres et sur les terres d'un agriculteur amish voisin.



volver arriba
Best gambling websites website

Information